contact@festivaleritaj.com
0690 863 362

Blog

Affichages : 200

Gérard Edmond LAURIETTE dit PAPA YAYA (1922-2006)

Né à Trois-Rivières en 1922, Gérard Lauriette réalise une excellente scolarité. Il obtient son certificat d'étude à 12 ans, son brevet élémentaire à 15 ans, entre par la suite en Ecole normale et sort major de sa promotion à 19 ans.

En 1941, il commence le métier d’instituteur. Lauriette a très tôt une pensée et une pratique critique de l’enseignement, de son contenu et ses méthodes. Il s’attaque notamment aux programmes scolaires élaborés par les instances colonisatrices françaises et à l’usage du seul français pour l’enseignement en Guadeloupe. En 1949, il est expulsé de l’enseignement pour « aliénation mentale » et est réintégré en 1951 par décision du Comité médical supérieur de France.

 

Mais ses positions sur l’enseignement en créole dérangent fortement et il est suspendu par l’Académie en 1957 pour les avoir exprimées dans deux articles. Puis il est finalement renvoyé définitivement.

Il fonde l’AGEP (Association Guadeloupéenne de l’Éducation Populaire) en 1958 et ouvre sa propre école, l’Institution Lauriette, à Capesterre Belle-Eau en 1959. La même année il fonde aussi son parti politique : le Parti Mystico-Rationaliste.

Tout au long de sa vie il écrit et publie ses critiques, ses préconisations et rédige des manuels adaptés aux réalités culturelles des enfants de la Guadeloupe.

On peut citer :

« Pour apprendre à lire rapidement aux analphabètes guadeloupéens » (1957)

« L’enseignement raisonné du calcul écrit aux débutants et dégoutés » (1965)

« Enseignement plurivalent aux guadeloupéens de 11-12 ans : à partir de textes composés par des adolescents guadeloupéens du 1er degré et rectifiés par l’enseignant Gérard Lauriette » (1971).

En tout une trentaine de publications.

Papa YAYA a aussi fait partie des 18 guadeloupéens arrêtés suite aux événements de Mai 1967, inculpés et jugés en 1968 pour avoir appartenu ou apporté de l’aide au "GONG".

Le Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe était accusé d’avoir porté atteinte à la sécurité de l’État français : suite à une mobilisation des ouvriers du bâtiment à Pointe-à-Pitre le pouvoir colonial avait fait au moins une centaine de morts et il entendait profiter de la révolte générée pour décapiter le nationalisme guadeloupéen à travers le "GONG".

Gérard Lauriette était accusé d’avoir prêté une machine à ronéotyper à l’organisation, d’avoir tenu des propos indépendantistes et d’avoir incité à la révolte, à la violence, dans des tracts ou des articles du journal de Félix Rodes Le Progrès social.

A partir des années 80, Gérard Lauriette publie aussi des textes sur ses expériences proprement politiques. De 1983 à 1989 il occupe également la fonction de Maire de la commune de Capesterre Belle-Eau.

Gérard Lauriette dit Papa Yaya meurt en 2006.

 

RECHERCHER

OÙ VIVRE LE FESTIVAL ?

rejoignez-nous